Salon d’Éducation

Après avoir reçu lors des deux premiers jours de la manifestation plus de 30 000 élèves du primaire au lycée dans le cadre de sorties scolaires organisées par les établissement, le Salon de l’Éducation a ouvert ses portes ce samedi 27 octobre avec plus de quiétude.

« L’intérêt de poursuivre le salon le samedi est avant tout de permettre aux parents qui travaillent la semaine de venir en compagnie de leurs enfants pour profiter de ce forum d’animations et d’informationset pour partager ensemble les nombreuses découvertes proposées » explique Thierry Grimaud responsable du Salon de l’Éducation pour la Ligue de l’Enseignement.« Certains élèves ont ainsi la possibilité de revenir pour préciser leur projet d’orientation et d’autres, qui n’ont pas eu la chance d’en profiter dans le cadre scolaire, de venir découvrir le panel de formations offertes sur notre département»

 L’éducation : une affaire de famille

 C’est ce dernier cas qui a poussé Nathya, 11 ans et élève de 5e, qui est venue ce matin avec sa Grand-Mère et son oncle, Gladys et Prosper, parcourir les allées du salon « Nous avons fait l’effort de l’accompagner parce que ses parents n’étaient pas disponible et que nous pensons que c’est important pour son avenir » déclare Gladys, la grand-mère « nous l’avé poin cette chance dans nout jeune temps ! » poursuit le tonton tout aussi curieux que sa nièce de découvrir les nombreux stands du salon.

« C’est avant tout la science qui m’attire mais je suis curieuse de tout, même de stylisme c’est donc une sortie que je ne voulais pas manquer et qui pourra m’aider dans mes futurs choix d’orientation” lance Nathya sur un ton bien décidé et qui, n’en doutons pas, trouvera forcément sa voie dans le dédale de la vie.

C’est une toute autre motivation qui a poussé Simon, 15 ans, élève de 3e, qui parcourt nonchalamment les allées du salon. Christelle et Olivier, ses parents, ont, ils l’avouent « dû le sortir du lit pour venir ce matin. Mais nous pensons que c’est important pour son avenir. Comme beaucoup d’enfants de son âge il ne sait pas précisément ce qu’il souhaite faire comme études et on trouve ici sur un même site la majeure partie des filières proposées à La Réunion. On espère que cette visite aiguisera sa curiosité ou tout au moins lui permettra d’ouvrir de nouveaux horizons sur ses futures études. Mais sa sœur Margo, élève de première venue avec son lycée a les mêmes incertitudes… Et on comprend la difficulté pour lajeunessed’aujourd’hui de se projeter dans l’avenir !” conclutOlivier. Simon, lui, n’est toujours pas convaincu mais ses parents y croient pour lui et ce n’est déjà pas si mal…

Lamya est, elle, venue accompagnée de sa maman Habiba. Elle est élève de terminale et bien décidée à faire du cinéma si possible à l’étranger ! Un rêve qui ne lui paraît pas inaccessible d’autant que même si elle « adorerait être réalisatrice » elle est prête à exercer une autre métier pourvu que ce soit dans l’univers du cinéma. « J’ai participé au concours Pop Challenge, un festival du film jeunesse où j’ai présenté ma première œuvre et je suis très motivée pour travailler dans ce domaine et je veux savoir ecrire un bon cv. Cependant je dois remplir mes vœux avant le mois de mars et je suis venue ici pour confirmer mes choix sur des métiers et des formations qui me permettront de réussir »

Retenez donc bien son nom car nous la retrouverons peut-être un jour au générique d’un film hollywoodien… et sa visite au septième Salon de l’Éducation ne sera pas totalement étrangère à sa réussite qu’on lui souhaite être à la hauteur de ses ambitions !

L’école au salon

Il est 9h30 ce 26 octobre quand les 24 élèves de la classe de CM2 de l’école Duparc arrivent dans l’enceinte de la Nordev. C’est une journée intense qui attend ces marmailles. En effet, des ateliers ont étés organisés à leur attention par la ligue de l’enseignement au sein de la cité de l’éducation ( hall B ). Il sont invités à participer à des ateliers, un forum et enfin à profiter d’une pièce de théâtre. Grâce au concours d’associations comme “les petit débrouillards” ou encore “radio soleil”, cette journée leur aura permis de renouveler  leur quotidien.

C’est une véritable chance selon leur professeur des écoles, Catherine Narssaba, qui les accompagnait dans cette aventure “on profite d’une journée pas comme les autres. c’est le mélange d’un musée et d’une exposition qui correspond très bien aux attentes de cette nouvelle génération.

Les jeunes et les médias

C’est le stand de la radio associative “radio soleil “ qui sera le premier à accueillir la classe. Son président, Alexis LAPRA décrit lui même sa radio culturelle comme citoyenne et scolaire. Il souhaite à travers cet outil offrir une initiation à la radio et aux techniques de journalisme. “Pour nous il est évident que la réussite nécessite de faire de l’élève un acteur autonome et c’est d’ailleurs ce que nous faisons tout au long de l’année à travers des radio comme celle du collège de Bois-deNèfles Saint Paul.

L’atelier proposé aux élèves de l’école Duparc a donc mis en valeur les principes de la république: liberté, égalité, fraternité . Les enfants ont été invités tour a tour à préparer un questionnaire à la manière d’un véritable professionnel destiné à interviewer leur camarades sur les principes républicain. Le jeune Kaelig, questionné sur la solidarité, répond au cours de jeu de rôle “la solidarité, c’est aider les personnes qui en ont besoin”. Une réponse pleine de bon sens.

Des enfants climato-responsables

 Après cette entrée en matière médiatique, les enfants changent de stand pour parler d’environnement. L’échange sera mené par Mr Jean Luc MORISSE directeur des “Petits Débrouillards”, association d’éveil et de sensibilisation à l’environnement.

Lors du débat organisé, lorsque l’on questionne les enfants sur le thème de l’avenir de notre planète, garçons et filles s’opposent. La destruction semble inéluctable pour les garçons tandis que l’espoir anime le cœur des filles.

Là où tout le monde se rejoint c’est à propos de ce qui doit être fait pour tenter de redresser la situation. Il est rassurant de constater que notre jeunesse semble être sur la bonne voie de la sauvegarde de notre monde : recycler, trier, préserver, protéger sont autant de termes utilisés par la future génération.

Après une matinée bien chargée et un bon repas, la Compagnie des “4 mondes” finira de régaler ces enfants remplis de joie et heureux de percevoir l’éducation sous des traits peut être un peu plus sympathiques qu’à l’accoutumée. Julie, dix ans, conclut : “j’adore l’école au salon !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *